Découvrez l’Histoire du Débarquement à travers notre parcours d’exposition !

De Utah a Cherbourg

Après le débarquement s’ensuit ce que les américains appellent « la bataille du bocage ». Il faut libérer Cherbourg en traversant tout le Cotentin.
Ils se heurtent au nombre incalculable de haies, de routes et de chemins étroits qui constituent à chaque fois un nouveau champ de bataille. La Manche est un véritable enfer pour les assaillants. Les soldats sont épuisés.

Le nombre de morts et de blessés augmente. La médecine d’urgence se met en place pour opérer et évacuer au plus vite les blessés. Le soutien de la médecine durant cette période est considérable notamment grâce à l’apparition de nouveaux médicaments comme la pénicilline. Les moyens logistiques déployés sont incroyables.

Des cimetières provisoires se mettent également en place. Il faut enterrer les soldats morts au combat.

Le 12 juin 1944, après de durs combats face au 6ème Régiment parachutiste allemand du colonel Von der Heydte, la 101ème division aéroportée libère Carentan. Elle permet ainsi la jonction avec la 29ème DI débarquée le 6 juin à Omaha Beach. Le même jour, les canons de la batterie de Crisbecq se taisent définitivement.

Le 18 juin, après la traversée des marais et la bataille du bocage, les américains isolent la garnison allemande de Cherbourg en coupant la presqu’île du Cotentin à hauteur de Barneville.

Le 27 juin, les Allemands capitulent à Cherbourg, laissant un port dévasté qui ne deviendra opérationnel qu’à partir de fin juillet 1944.

La prise de la forteresse de Cherbourg est la première grande victoire des troupes alliées en Normandie.

Durant cette période difficile, certains soldats se sont illustrés et on fait preuve d’un courage et d’une volonté infaillible. Dans le Cotentin, seules sept Médailles d’Honneur sont attribuées. C’est la plus haute distinction pour héroïsme au combat remise par le congrès US. L’une d’entre elle, remise au lieutenant Butts pour sa bravoure à Saint Sauveur Le Vicomte, est exposée dans le musée. Il permet à son peloton de prendre une position ennemie et contribue ainsi au succès de l’opération (il sera blessé trois fois en trois jours !).

medaille